• Du 10 octobre 2019 au 29 novembre 2019
  • Deadline : 29 novembre 2019

Appel réalisé dans le cadre du projet ARRECO pour un Colloque organisé le vendredi 3 avril 2020 à Nantes

Ce colloque est organisé dans le cadre du projet ARRECO (Accueil et relocalisation des réfugiés en Europe: catégorisation et opérationnalisation), un projet de recherche mené de septembre 2017 à septembre 2020, lauréat du second appel à projets Recherche de l’Institut d’Études Européennes et Globales (Alliance Europa).

Présentation:

          L’accueil des demandeurs d’asile sur le territoire des
tats membres de l’Union fait l’objet d’une harmonisation progressive par le droit de l’Union européenne. La directive 2003/9/CE a établi pour la première fois des normes minimales pour l’accueil des personnes demandant la protection internationale, puis, la directive 2013/33/UE a renforcé l’harmonisation de ces normes, et enfin un nouveau texte a été proposé en 2016, visant une refonte des règles applicables même si celui-ci n’a pas encore été adopté par le législateur européen. Ces textes visent à mettre en place un statut protecteur des demandeurs d’asile, applicable dans les États membres de l’Union européenne, une fois la personne arrivée sur leur territoire. En revanche, les difficultés demeurent nombreuses pour les personnes en quête de protection internationale, qui se voient de plus en plus bloquées aux portes de l’Europe. Si cette logique d’externalisation n’est pas nouvelle, et qu’elle s’intègre avec l«approche globale des migrations » prônée par l’Union européenne depuis 2005, elle s’est toutefois très nettement renforcée depuis 2015. La « crise migratoire » des années 2015-2016 a en effet exacerbé les tensions entre États membres, révélé le manque de solidarité entre ceux-ci et entraîné une logique de repli qui perdure depuis. De nombreux dispositifs sont développés au niveau européen : ils visent à mieux encadrer les trajectoires des demandeurs d’asile avant leur arrivée sur le territoire de l’Union, et surtout à repousser l’accueil au-delà de ses frontières. Ce colloque entend précisément analyser ces mécanismes opérationnels visant à organiser l’accueil des demandeurs d’asile « aux portes de l’Europe », soit dans les États tiers.

 

Trois axes seront développés :
- Un premier axe d’étude portera sur les cadres établis pour développer la coopération opérationnelle entre l’Union européenne et les États tiers.
- Un deuxième axe analysera l’organisation opérationnelle des voies légales permettant aux personnes en demande de protection internationale d’accéder au territoire de l’UE à partir des États tiers.
- Enfin, un troisième axe de réflexion examinera le soutien de l’Union européenne à l’organisation opérationnelle de l’accueil des personnes en demande de protection internationale dans les États tiers.

 

Il s’agira de croiser les analyses des juristes et des spécialistes d’autres disciplines (historiens, géographes, économistes, politistes et sociologues).

Les propositions de communication sont à retourner aux trois adresses suivantes : carole.billet@univ-nantes.fr, estelle.dhalluin@univ-nantes.fr, berangere.taxil@univ-angers.fr

Deadline : le vendredi 29 novembre 2019.

Ces propositions, de deux pages maximum, doivent être rédigées en français ou en anglais. Le contenu de la communication doit préciser l’approche disciplinaire, la méthodologie, et les grands axes envisagés pour sa communication.

L’auteur est invité à joindre également son CV.
Les réponses seront communiquées au plus tard le 20 décembre 2019.
Une version complète de la communication écrite sera demandée aux intervenants pour le 27 mars 2020.
Les actes du colloque seront publiés.