• Le 16 novembre 2017
    Faculté de droit, d'économie et de gestion
    Université d'Angers
    Amphi Volney

Fondements philosophiques, objectifs, faisabilité économique, critiques… le "revenu universel" est au cœur de cette journée d’études organisée dans le cadre du projet régional « BonDroit » porté par le Centre Jean Bodin, auquel participe DCS


Journée d'études du 16 novembre 2017
LE REVENU UNIVERSEL : l’avenir d’une illusion ?

Le revenu universel a suscité de vifs débats durant la dernière campagne présidentielle. Cette idée, déjà inscrite dans une histoire longue, vient en effet bousculer notre appréhension de la valeur travail et notre conception de la protection sociale. Qu’on l’appelle revenu universel, revenu de base inconditionnel, allocation universelle ou basic income, elle est le révélateur d’une volonté de transformer en profondeur les politiques sociales tout en réformant l’État Providence hérité du XXe siècle. Cette journée d’études se donnera donc tout d’abord pour but d’examiner les enjeux multiples liés à cette «réforme révolutionnaire». Ayant pour caractéristique de pouvoir être abordé à partir de nombreuses clés d’entrée, cet objet sera ainsi soumis à un questionnement pluridisciplinaire. Ce faisant, on veillera à situer le propos aux niveaux théorique et pratique : on s’intéressera à la redéfinition de la justice sociale, à l’élargissement de la liberté de choix, aux mutations des formes de solidarité, à l’évolution du rapport au travail, mais aussi plus pragmatiquement au financement de ce nouvel outil et à l’impact du montant choisi. Cette manifestation voudrait ensuite contribuer à la construction de ponts entre le monde académique, le monde politique et la société civile. C’est pourquoi, à côté des conférences, elle laissera une large place à une discussion portant sur la question du «passage au politique». On pourra y entendre des acteurs politiques, des représentants syndicaux ou des experts qui militent en faveur de cette idée ou la contestent. Insérée dans le projet régional «BonDroit» porté par le Centre Jean Bodin, cette journée fournira ainsi des arguments à ceux qui s’enthousiasment comme à ceux qui rejettent la première grande utopie du XXIe siècle.