• Le 21 octobre 2019
    MSH Ange Guépin -  Nantes
  • 14h

Thèse préparée sous la direction de Mme Anne-Chantal HARDY, Directrice de recherche CNRS émérite - université de Nantes



Cette thèse examine le vécu des personnes atteintes de maladies que l’on nomme chroniques afin d’appréhender le statut donné à la maladie chronique et de l’interroger.
Après une égohistoire permettant de situer le travail sociologique réalisé par un infirmier engagé, tant au niveau de sa profession que des sciences infirmières, le concept de maladie chronique est examiné à partir de sa signification et de son usage au cours de l’histoire.

L’analyse sociologique empirique repose sur deux enquêtes : la première porte sur les patients insuffisants cardiaques, la seconde sur ceux qui sont atteints de la maladie de Steinert. Le recueil et l’analyse des données selon les principes de la Grounded theory conduisent à produire deux modèles interprétatifs du phénomène. Le premier propose une autre manière de qualifier les sensations corporelles que la dichotomie normale ou pathologique. Le second propose une typologie de la temporalité des patients qui remet en question la manière de penser la chronicité des maladies selon un continuum. Les résultats sont mobilisés dans le champ de la santé et en particulier celui des infirmières chercheures et praticiennes.